Tchetchenie An Iii

Éditeur GALLIMARD
Paru le
Papier ISBN: 9782070436989 Pas en stock.
Sur commande : Délai de 4 à 8 semaines ouvrables

Tchétchénie, An III« La Tchétchénie, c'est comme 1937, 1938 », me déclare dans son petit bureau moscovite un des dirigeants de Memorial, la plus grande association russe des Droits de l'homme. « On achève un vaste programme de construction, les gens reçoivent des logements, il y a des parcs où les enfants jouent, des spectacles, des concerts, tout a l'air normal et... la nuit, des gens disparaissent. » C'est ce même homme qui m'a décrit la « tchétchénisation », nom donné à la décision prise par Vladimir Poutine en 2002 d'installer un pouvoir tchétchène prorusse fort, principalement composé d'anciens rebelles, dirigé par l'ex-mufti indépendantiste Akhmad-Khadzhi Kadyrov, comme le « transfert du pouvoir de mener des violences illégales des structures fédérales aux structures locales ». Et il était d'accord que cette « tchétchénisation » avait entraîné un réel changement : « Les violences ne sont pas moins cruelles, mais elles sont plus sélectives. »Une corruption effrénée, une néo-islamisation à outrance, une politique de cooptation d'anciens rebelles, le tout adossé à des pratiques de torture et de meurtre systématiques visant le moindre opposant, voici le constat à la fois lucide et terrifiant qu'établit Jonathan Littell après un séjour de plusieurs semaines à Moscou et en Tchétchénie de la situation qui règne dans cette région officiellement « pacifiée », en la troisième année de pouvoir de l'homme fort de Poutine, Ramzan Kadyrov.

Les libraires craquent

  • Commenté dans la revue Les libraires par Jean-Philip Guy, librairie Du Soleil

    Voici Littell en l’an III du règne de Ramzan Kadyrov. Même s’il ne possède pas, de ce pays, la connaissance des reporters chevronnés comme Anne Nivat ou Anna Politkovskaïa, l’auteur des Bienveillantes réussit à bien illustrer l’ambiguïté apparente de la Tchétchénie actuelle. La corruption et la terreur de ce régime s’accompagnent d’efforts réels de reconstruction et de réconciliation nationale, en préférant pour certains la cooptation plutôt que la répression. On découvre aussi une identité tchétchène, vidée par vingt ans de guerre, qui se voit influencée par un Islam toujours plus rigoriste. En vérité, c’est de l’apparition d’une kleptocratie islamototalitaire que Littell parle. Un régime tyrannique où, pour toute opposition, « le réel, c’est deux balles dans la tête ».


Vous aimerez peut-être...

X

Navigation principale

Type de livres