Un papa de sang

Éditeur GALLIMARD
Collection : BLANCHE
Paru le
Papier ISBN: 9782070106790 Pas en stock.
Sur commande : Délai de 5 à 14 jours ouvrables

Un papa de sangJean Hatzfeld revient sur les collines de Nyamata, au bord de ses marais, vingt ans après le génocide. Il donne la parole ici non plus aux tueurs et aux rescapés dont les récits peuplaient ses précédents livres, mais à leurs enfants. Ils n'ont pas connu les machettes, mais ont grandi dans leur souvenir. Ils s'appellent Idelphonse, Fabiola, Immaculée, Fabrice, sont lycéens, couturiers ou agriculteurs. Ils partagent le génocide en héritage, mais pas du tout la même histoire familiale. Dans ces familles décimées, certains ont grandi dans le silence et le mensonge, ont affronté les crachats sur le chemin de l'école, d'autres ont été confrontés aux troubles de comportement de leurs parents, à la houe sur une parcelle aride dès l'adolescence. Ils dansent ensemble, fréquentent les mêmes cafés internet mais ne parviennent jamais à parler des fantômes qui ont hanté leur enfance. Leurs récits à la première personne, au phrasé et au vocabulaire métaphorique si particuliers, se mêlent aux chroniques de la vie de tous les jours sur les parcelles ou dans la grande rue.

Les libraires craquent

  • Une suggestion de Christian Vachon par la librairie Pantoute

    Vingt ans après les tueries, Jean Hatzfeld revient au Rwanda, sur les collines de Nyamata, donner la parole à des enfants de rescapés ou à des enfants de tueurs. Le gouvernement souhaite une « réconciliation nationale », ne veut plus « d’une politique qui fâche dans les écoles », gomme même l’existence des Hutus et des Tutsis, mais les ethnies ne s’effacent pas, « ne sont pas rongées de la même façon », feintent la réconciliation. L’enfant tutsi, fils ou fille de papa « coupé », éduqué ou curieux comme Ange Uwasa, grandit dans la méfiance, la vigilance. L’enfant hutu, de papa qui a trempé dans le mal, de papa de sang, pauvre, renvoyé à la dureté de la terre par le génocide, esquive les conséquences, démarre mal dans la vie. Des bouleversants récits de lycéens, d’agriculteurs, écrits à la première personne et au phrasé mélodieux, singuliers, de jeunes qui, malgré un passé douloureux, aiment leur coin de terre, rêvent d’un destin lumineux pour le Rwanda et l’Afrique.


  • Commenté dans la revue Les libraires par Christian Vachon, librairie Pantoute

    Vingt ans après les tueries, Jean Hatzfeld revient au Rwanda, sur les collines de Nyamata, donner la parole à des enfants de rescapés ou à des enfants de tueurs. Le gouvernement souhaite une « réconciliation nationale », ne veut plus « d’une politique qui fâche dans les écoles », gomme même l’existence des Hutus et des Tutsis, mais les ethnies ne s’effacent pas, « ne sont pas rongées de la même façon », feintent la réconciliation. L’enfant tutsi, fils ou fille de papa « coupé », éduqué ou curieux comme Ange Uwasa, grandit dans la méfiance, la vigilance. L’enfant hutu, de papa qui a trempé dans le mal, de papa de sang, pauvre, renvoyé à la dureté de la terre par le génocide, esquive les conséquences, démarre mal dans la vie. Des bouleversants récits de lycéens, d’agriculteurs, écrits à la première personne et au phrasé mélodieux, singuliers, de jeunes qui, malgré un passé douloureux, aiment leur coin de terre, rêvent d’un destin lumineux pour le Rwanda et l’Afrique.


Les libraires vous invitent à consulter

La course au Goncourt est commencée

Par publié le

La première sélection du prestigieux Prix Goncourt a été révélée ce jeudi 3 septembre chez Drouant à Paris. Un titre affublé d’un Goncourt fait vendre en moyenne 400 000 exemplaires, ce qui rend la course très d’autant plus excitante. Deux autres sélections seront annoncées les 6 et 27 octobre et le grand gagnant sera connu […]

Vous aimerez peut-être...

X

Navigation principale

Type de livres