Rosebud

Éditeur QUARTANIER (LE)
Collection : série QR
Paru le
Papier ISBN: 9782896980697
Numérique - Epub Sans protection ISBN: 9782896980703
Offrir en cadeau numérique
Numérique - Pdf Protection: filigrane ISBN: 9782896980710
Offrir en cadeau numérique
Disponibilité en librairie :
Quantité

Rosebud façonne une langue de l’éclosion, une écriture du happement et de l’esquive, qui se diffracte en scènes éclair, en énigmes, qui cherche à contenir en appelant, là où éclore, c’est tout à la fois mourir, avorter, disparaître. Si la célèbre séquence finale de Citizen Kane d’Orson Welles, à laquelle fait allusion le titre Rosebud, constitue à l’évidence l’aiguillon de ce livre, c’est l’objet du désir, élusif, que les poèmes tentent de saisir, et le ravissement paradoxal d’une seule image : l’inconnaissable.

Les libraires vous invitent à consulter

Annie Lafleur sera l'écrivaine en résidence à la librairie Paulines

Par publié le

Le projet d’offrir une résidence d’écrivain dans une librairie permet à l’auteur d’accentuer son rôle d’empêcheur de tourner en rond. Mis en place par le Conseil des arts de Montréal pour la quatrième année, le projet demande aux auteurs montréalais de soumettre une idée de médiation culturelle afin de rassembler les citoyens autour de la littérature et de ses déclinaisons. L’écrivaine choisie cette année est la poète Annie Lafleur qui sera accueillie à la librairie Paulines située sur la rue Ma

Festival de la poésie de Montréal: la poésie est partout!

Par publié le

« Je ne suis pas un poète de laboratoire. Je suis dans la ruelle derrière. Je fais une poésie de piétons. » Gérald Godin Que ceux qui croient que la poésie se trouve dans les salons aseptisés réservés à une élite à la langue de bois, qu’ils se détrompent! La poésie est partout, elle est libre, elle vit sur le bitume des rues, sur les balcons, dans les maisons de toutes les villes et de tous les pays. La poésie est le langage du cœur, malheureux et désabusé, comme fier et porteur d’espérance.

Le feu aux poudres

Par publié le

Il semble y avoir un malentendu durable à propos de la femme-enfant, celle que Breton reconnaît dans Arcane 17 sous les traits de la fée Mélusine : « Mélusine à l’instant du second cri : elle a jailli de ses hanches sans globe, son ventre est toute la moisson d’août, son torse s’élance en feu d’artifice de sa taille cambrée, moulée sur deux ailes d’hirondelle, ses seins sont des hermines prises dans leur propre cri, aveuglantes à force de s’éclairer du charbon ardent de leur bouche hurlante. Et

Vous aimerez peut-être...

X

Navigation principale

Type de livres