Quartiers disparus : Red Light, Faubourg à m'lasse, Goose Village

Non disponible.

Au cours des années 1950 et 1960, Montréal est une ville qui bouge très vite. Y souffle un fort vent de modernisation, alimenté par le discours de la Révolution tranquille et par l'atmosphère enfiévrée d'Expo67. Cette poussée de modernisation amène les urbanistes et les dirigeants politiques - le maire Jean Drapeau en tête - à repenser l'aménagement de la ville en n'hésitant pas à faire table rase du passé. Ceci entraîne une puissante vague de démolition de logements anciens, souvent justifiée par la néces sité d'éliminer les taudis considérés comme insalubres.

Dans cet ouvrage composé de témoignages éloquents et de photos d'archives extraordinaires provenant des Archives de Montréal (pour la plupart inédites), le lecteur pourra replonger dans la vie de trois quartiers disparus : le Red Light, le Faubourg à m'lasse et Goose Village. Né de la suite de l'exposition du même nom et conçu par le Centre d'histoire de Montréal en collaboration avec le Laboratoire d'histoire et de patrimoine de Montréal de l'UQÀM et les Archives de la Ville de Montréal, Quartiers disparus se veut une mise en contexte photographique de ce pan important de l'histoire de la métropole québécoise.

Les libraires craquent

  • Commenté dans la revue Les libraires par Yves Guillet, librairie Le Fureteur

    L’après-guerre a été, sous plusieurs angles, une période de grandes mutations pour notre société. Le monde évoluait à vitesse grand V. Il fallait modeler notre environnement afin de répondre à ces changements. Montréal a acquis un autre visage, mais à quel prix? On a démoli des quartiers entiers, et l’ouvrage s’arrête ici au Red Light (les habitations Jeanne-Mance), au faubourg à m’lasse (la tour et surtout le stationnement de Radio-Canada) et au Goose Village (le stationnement du casino). Au-delà des logements insalubres ou des quartiers « chauds » qu’on voulait voir disparaître, c’est le milieu de vie de milliers de Montréalais qui se délite lorsqu’il tombe sous le pic des démolisseurs. La Ville de Montréal, artisane de ce désastre urbanistique, a tout de même pris la peine de le documenter : c’est le fruit de ce travail qui nous est livré ici, avec ces magnifiques photos en noir et blanc, accompagnées de textes d’historiens, d’urbanistes ou d’archivistes. Le tout répond ainsi à un devoir de mémoire…

Les libraires vous invitent à consulter

Les finalistes du Marcel-Couture dévoilés

Par publié le

Le Salon du livre de Montréal, qui se déroulera du 18 au 23 novembre prochain, décerne le prix Marcel-Couture depuis 15 ans afin de récompenser un ouvrage illustré exceptionnel. La Presse s’associe au Salon du livre de Montréal pour la remise de ce prix. Voici les œuvres en lice pour l’année 2015 : Révolutions de Nicolas Dickner et Dominique Fortier (Alto)Quartiers disparus de Catherine Charlebois et Paul-André Linteau (Cardinal) Ainsi cuisinaient les belles-soeurs dans l’œuvre de Michel Tremb

Une belle récomprense pour le livre «Quartiers disparus»

Par publié le

Le Centre d’histoire de Montréal a remporté le prix d’excellence de l’Association des musées canadiens (AMP), catégorie recherche, pour le livre Quartiers disparus paru aux éditions Cardinal. Dirigé par Catherine Charlebois et Paul-André Linteau, le livre retrace l’histoire du Red Light, du Faubourg à m’lasse et de Goose Village. L’ouvrage est tiré d’une exposition qui a eu lieu au Centre d’histoire de Montréal de 2011 à 2013. Notre chroniqueur Normand Baillargeon écrivait dans nos pages : « Le

Vous aimerez peut-être...

X

Navigation principale

Type de livres