Le studio de l'inutilité: essais

Éditeur FLAMMARION
Collection : Champs. Essais
Paru le
Papier ISBN: 9782081303287 Pas en stock.
Sur commande : Délai de 4 à 8 semaines ouvrables
Numérique - Epub Protection: Adobe DRM ISBN: 9782081337695
Numérique - PDF Protection: Adobe DRM ISBN: 9782081337701

Le Studio de l'inutilité

Dans sa jeunesse, Simon Leys passa deux ans dans une «cahute» de Hong Kong avec trois amis étudiants - période bénie où «l'étude et la vie ne formaient plus qu'une seule et même entreprise». C'est en souvenir de ce foyer régi par l'échange et l'émulation, surnommé le «studio de l'inutilité», qu'il a ainsi intitulé le présent recueil d'essais. Tous regardent ses trois domaines de prédilection : la littérature, la Chine, la mer.

Simon Leys s'y laisse aller à la jouissance désintéressée de la littérature. Libre de tout carcan, il partage amours et désamours en matière de lettres, mais toujours en attaquant son sujet par un biais inattendu.

Il y éclaire tour à four la «belgitude» d'Henri Michaux, la vie personnelle de George Orwell, la genèse de L'Agent secret de Joseph Conrad, ou encore l'amitié entre Albert Camus et Czeslaw Milosz, brosse les portraits de personnalités remarquables et parfois méconnues - du prince de Ligne, «incarnation du XVIIIe siècle» à Soon Mayling, la femme de Chang-Kai-Shek -, revisite les heures les plus terribles du génocide cambodgien, dont il décrypte chaque rouage, quand il n'épingle pas, en faisant montre d'une réjouissante causticité, les considérations de Barthes sur son voyage en Chine en plein maoïsme triomphant.

Les libraires vous invitent à consulter

Simon Leys: Un critique idéal, un compagnon de route

Par publié le

Simon Leys est mort chez lui, à Rushcutters Bay dans la banlieue est de Sidney, le 11 août 2014. Le lendemain, au Dakota Building de New York, Lauren Bacall fermait définitivement ses yeux. J’ai noté dans un carnet ces deux disparitions, d’un sinologue et d’une star; inutilement, car je n’oublierai jamais ces êtres-là, un intellectuel qui se méfiait des emballements d’intellectuels et la veuve de Bogart que j’avais vue en chair et en os au Palace Theater de Manhattan en 1970 dans Applause, une c

Simon Leys disparaît

Par publié le

Il s’appelait Pierre Ryckmans. Ses lecteurs le connaissaient plutôt sous le nom de Simon Leys. L’écrivain belge, spécialiste de la civilisation chinoise, est décédé le 11 août dernier, à l’âge de 78 ans. Le Belge, qui a enseigné la littérature en Australie après avoir été diplomate à Hong-Kong, aura récolté de nombreux prix littéraires durant […]

Vous aimerez peut-être...

X

Navigation principale

Type de livres