L'Ile de Tayara

Éditeur XYZ
Collection : Romanichels
Paru le
Papier ISBN: 9782892614114 Pas en stock.
Sur commande : Délai de 5 à 14 jours ouvrables

J'avais les yeux collés. J'avais peut-être dormi jusqu'au petit matin. Étaient-ils en train de déjeuner? Probablement pas. Putulik suçait bruyamment, croquait, avalait. La nourriture avait l'air diablement bonne. Papa me tournait le dos. Quand il s'est aperçu que j'étais réveillée - il m'avait peut-être entendue me gratter -, il a demandé: «T'as faim?» Si j'avais faim? J'aurais mordu dans un morse, peut-être pas cru... Une pleine boîte de steaks de caribou congelés traînait devant la porte. Tout le monde mangeait avec ses doigts. Je me suis accroupie près de Putulik qui ne m'a pas regardée. Les Inuits avaient épargné les Qallunaat. Ils n'avaient pas voulu nous obliger à manger cru dès le premier repas. Papa m'avait expliqué que, même en expédition, les Inuits ne dédaignent pas la nourriture cuite, pas très cuite toutefois. Les steaks étaient plutôt saignants. J'ai engouffré une première tranche. Par terre, il y avait une chaudiérée de patates pilées. Je me suis abondamment servie. Comme on dit: «Quand il y a de la gêne, y a pas de plaisir!» On était bien. Tayara contrôlait la température ambiante en jouant de temps à temps avec la clef du poêle au kérosène, faisant plus ou moins monter une longue flamme bleutée qui dansait, qui avait l'air de bouger pour se réchauffer elle aussi. Quel temps régnait-il dehors? J'ai regardé par le petit carreau trouant le mur arrière: que du sombre. «Est-ce que j'ai dormi tout l'après-midi?» «Tout le monde a fait comme toi! a dit papa. Faut croire qu'on avait besoin de repos!» Aisara a lancé un rot sonore. Personne n'y a prêté attention, même pas mon père. Pourtant, quand j'étais petite, il n'aimait pas qu'on rote à table. «Autre lieu, autres moeurs!» ai-je pensé.

Les libraires vous invitent à consulter

Un prix pour Jean Désy

Par publié le

« Plus je vieillis et plus ma foi en la valeur de la littérature croît. La poésie est une manière d’appréhender les êtres et les choses, de dire et d’exister qui rattache les humains à des espaces  qui, autrement, leur resteraient totalement inaccessibles. »-Jean Désy dans Isuma. Anthologie de poésie nordique   En marge de […]

Vous aimerez peut-être...

X

Navigation principale

Type de livres