Jeanne et les Siens

Éditeur SEUIL
Paru le
Papier ISBN: 9782020564724 Pas en stock.
Sur commande : Délai de 4 à 8 semaines ouvrables

«La mort était chez nous comme chez elle.Elle a saisi mon père le 6 juin 1945, tout juste un an après le Débarquement. Il avait quarante-neuf ans, je venais d'en avoir huit. Au mois d'octobre précédent, elle avait déjà fauché mon frère aîné, Marcel, qui avait vingt-deux ans. L'un puis l'autre furent victimes du bacille de Koch, la tuberculose restant, à l'heure d'Hisroshima, la grande pourvoyeuse des cimetières d'Europe. Il y a toujours des gens qui meurent trop tôt. À quelques mois près, mettons un an ou deux, ils étaient sauvés par l'arrivée en force des antibiotiques, du Rimifon et tout ça. C'est comme ceux qui prennent les dernières balles de la guerre, juste avant le coup de clairon de l'armistice."Papa est mort", m'a dit ma soeur Geneviève, en me tirant du lit. Je ne suis pas sûr d'avoir éprouvé d'émotion. Je n'étais qu'un jeune barbare occupé de ses billes et de ses soldats de plomb. Depuis des années, du reste, mon père était lointain, épisodique, ballotté d'un sana à l'autre. Je manquais de relations avec lui. De toute façon, il était pètesec et sujet à de redoutables colères.»

Les libraires craquent

  • Commenté dans la revue Les libraires par Jean Moreau, librairie Clément Morin

    Michel Winock, historien français, livre un très beau récit, qui est en fait un livre de la mémoire. En effet, il nous parle de sa famille et de Jeanne, sa mère. Le point de départ de Jeanne et les siens est la mort du père. Ensuite, nous sommes amenés à connaître les grands-parents paternels et maternels. Par la description de conditions de vie très difficiles, Winock brosse le tableau d’une France agricole où la vie était une question de survie quotidienne. Il bâtit son livre sur des souvenirs, des témoignages et le journal intime de son frère Marcel, l’intellectuel de la famille. Ce dernier meurt à 22 ans de la tuberculose, tout comme son père, à quelques mois d’intervalle. Le début de la Seconde Guerre mondiale marque celle d’une période extrêmement pénible pour les Winock : l’Occupation les force à faire des miracles pour survivre. L’histoire de ces gens nous est livrée de façon attendrissante mais réaliste, l’auteur ne se cachant pas pour parler du caractère particulier de son père. Somme toute, voilà un très bel hommage à la famille et la mère de l’auteur.


Vous aimerez peut-être...

X

Navigation principale

Type de livres