Internet ou le retour à la bougie

Éditeur ECOSOCIETE
Collection : Résilience
Paru le
Papier ISBN: 9782897195588
Disponibilité en librairie :
Quantité

Est-il permis d’imaginer un monde sans Internet? Sommes-nous condamné.e.s à vivre dans un monde virtuel et numérique?

Internet a ouvert un monde de possibilités sociales et politiques; et les téléphones intelligents sont souvent devenus indispensables dans notre vie quotidienne. On ne pourrait plus vivre sans eux. Mais quels enjeux environnementaux et sociaux soulève ce bonheur de la connexion permanente? Sur quoi repose la société de l’Internet? À quels renoncements, à quels sacrifices mène la numérisation de nos vies?
 
Les technologies se multiplient sans qu’on débatte démocratiquement des enjeux qu’elles soulèvent. Dans ce conditionnement généralisé, nous nous sommes résigné.e.s à ce que le numérique façonne notre existence. Hervé Krief propose donc une réflexion forte sur les implications sociales et écologiques des nouvelles technologies dans le monde contemporain, qui induisent une « taylorisation de la pensée ». Sa vision globale de l’ère technicienne, et plus spécifiquement du monde de l’Internet, s’inscrit dans une perspective à la fois historique, sociologique et personnelle. Son ambition est de questionner l’infrastructure numérique ainsi que les dispositifs immatériels et le système de pensée dans lesquels elle s’inscrit, mais aussi le processus d’industrialisation et de rationalisation chère au monde occidental. Ce faisant, il lève le voile sur la méconnaissance totale de la globalité de l’Internet dans sa réalité physique et économique, notamment le coût écologique de l’énorme parc informatique nécessaire à notre connexion incessante.
 
La pensée technocritique d’Hervé Krief s’inscrit ainsi dans la lignée du sociologue français Jacques Ellul et du luddisme, ce mouvement lancé en Angleterre au début du XIXe siècle par les « briseurs de machine », ces artisans de l’industrie textile qui se sont révoltés contre l’apparition des métiers mécaniques qui mettaient en péril leurs savoir-faire. Internet poursuivrait ainsi le mouvement amorcé avec l’arrivée des premières machines; il serait le prolongement du capitalisme industriel et technologique. Internet appuierait les révoltes, mais représente par ailleurs un terreau fertile à la standardisation de nos modes de vies; il pourrait être un outil éducatif, mais prête le flanc aux addictions en tous genres. Peut-on dès lors placer des espoirs d’émancipation dans cet outil controversé? Comment mesurer la contradiction entre le caractère émancipateur et aliénant de cette puissante machine? L’auteur veut ainsi ouvrir le débat sur la technique et le numérique, mais aussi faire découvrir des auteurs passionnants (Jacques Ellul, Hartmut Rosa, Philippe Bihouix, Bernard Charbonneau, Jaime Semprun…) afin de prendre la mesure de cette démesure qui semble achever l’expropriation des humains d’eux-mêmes et la destruction du monde vivant et naturel.
 
Ce pamphlet, véritable critique radicale de l’Internet et de la société technicienne, se mêle à un récit de vie élaboré à partir d’une observation attentive des transformations de nos vies quotidiennes au travail, dans l’espace social et dans le domaine privé.  

Les libraires vous invitent à consulter

Des livres sur la technologie et ses enjeux

Par publié le

Big Data : Faut-il avoir peur de son nombre? Pierre Henrichon, Écosociété, 200 p., 22$ Cet essai s’intéresse aux données massives recueillies à même nos empreintes numériques ainsi qu’aux conséquences de leur utilisation sur nous et nos sociétés. Il nous met en garde contre ces calculs qui non seulement font disparaître l’humain au profit – c’est le cas de le dire – du capital absolu, mais qui effacent aussi les sphères sociale et politique assurant une réflexion autour du bien-être de l’indivi

Vous aimerez peut-être...

X

Navigation principale

Type de livres