Google-moi : la deuxième mission de l'Amérique

Éditeur ALBIN MICHEL
Collection : BANC PUBLIC
Paru le
Papier ISBN: 9782226172594
Numérique - PDF Protection: Adobe DRM ISBN: 9782226213099
Disponibilité en librairie :
Quantité

Our mission is to organize all the information in the world («Notre mission est d'organiser toute l'information dans le monde») ; Don't be evil («Ne sois pas mauvais, méchant»).Tels sont les deux axes principaux de Google Inc. que Barbara Cassin, dans cet essai polémique, examine en philosophe. Elle montre qu'ils se traduisent par deux mots d'ordre : organiser et faire le bien. Comment, dès lors, ne pas entendre le président Bush concluant chacun de ses discours, après le 11 septembre 2001, par un appel à Dieu pour mener la «guerre juste», «le combat monumental du Bien contre le Mal» ?L'extraordinaire histoire de l'invention de Google, le «meilleur» moteur de recherche, par deux étudiants de Stanford, de son développement jusqu'à son entrée fracassante en bourse, permet à Barbara Cassin d'aborder sous un angle nouveau la question décisive de la dimension culturelle de la démocratie.«Google est un champion de la démocratie culturelle, mais sans culture et sans démocratie. Car il n'est un maître ni en culture (l'information n'est pas la paideia) ni en politique (la démocratie des clics n'est pas une démocratie).»

Les libraires craquent

  • Commenté dans la revue Les libraires par Alexis Brisebois, librairie Monet

    Dans cet essai, Barbara Cassin examine, avec les outils du philosophe, le phénomène d’ampleur qu’est devenu Google. L’analyse de l’auteure prend pour assises les deux mots d’ordre — véritable mission — que se sont donnés les créateurs du moteur de recherche, à savoir «organise toute l’information dans le monde» et «ne sois pas mauvais, méchant». Or, pour l’auteure, derrière ces injonctions et leur vernis démocratique, voire moral, se cachent de possibles dérives, notamment en ce qui concerne l’uniformisation de la langue et la culture (le «globish») ou la (non) mise en disponibilité d’informations, d’œuvres, d’opinions… À cet égard, elle conclut que «Google est un champion de la démocratie culturelle, mais sans culture et sans démocratie». En somme, il s’agit d’une mise en examen critique qui détonne face au vent de légitimité quasi unanime qui souffle désormais sur ce géant.


Vous aimerez peut-être...

X

Navigation principale

Type de livres