Encore

Éditeur GALAADE
Collection : LITTERATURE ETRANGERE
Paru le
Papier ISBN: 9782351763827
Disponibilité en librairie :
Quantité

« Les clandestins montaient dans la caisse du camion et, après un voyage de deux cents kilomètres, ils montaient à bord des bateaux et se perdaient dans la nuit... » Gazâ vit sur les bords de la mer Egée. Il a 9 ans quand, à peine sorti de l’école, il devient passeur de clandestins. Il travaille avec son père Ahad, ainsi que les frères Harmin et Dordor, commandants des bateaux qui emmènent les migrants en Grèce. Pendant des années, Gazâ et Ahad entreposent dans un dépôt cette marchandise humaine, ces individus qui viennent de parcourir plusieurs milliers de kilomètres. Jusqu’au jour où Gazâ cause la mort d’un jeune Afghan du nom de Cuma, le seul être humain qui ait fait preuve d’un peu d’humanité envers lui. Dès lors, dans ce monde violent et désabusé, Gâza ne cesse de penser à Cuma et conserve précieusement la grenouille en papier qu’il lui avait donnée – ce qui n’empêche pas Gazâ de transformer le dépôt en terrain d’observation des dynamiques de domination et de devenir le tortionnaire des clandestins qui ont le malheur de tomber entre ses mains. Cependant, un soir, tout bascule et c’est désormais à lui de trouver comment survivre... Après Ziyan (Prix France-Turquie 2014), l’enfant terrible de la nouvelle génération des écrivains turcs, Hakan Günday, revient avec ce grand roman coup de poing à l’écriture puissante, l’histoire d’un enfant monstre né au cœur d’un réseau de trafic de clandestins. Avec Encore, on retrouve l’immense talent de conteur, le regard sans concession sur le monde contemporain et l’insolence de ton qu’Hakan Günday a révélés dans D’un extrême l’autre (Prix du meilleur roman de l’année 2011, Turquie).

Les libraires vous invitent à consulter

La fin des éditions Galaade

Par publié le

La maison d’édition parisienne Galaade qui a été fondée en 2005 se voit forcée de mettre la clé sous la porte. Des difficultés financières sont venues à bout des efforts pourtant déployés par Emmanuelle Collas, la fondatrice des éditions. Cette maison s’était donné pour mandat de publier des livres qui mêlaient « poétique et politique » pour s’ouvrir sur le monde en offrant plusieurs traductions. Elle se voulait engagée dans les débats contemporains. « Trouver et faire le choix de publier est d

Les finalistes du Prix des libraires du Québec

Par publié le

L’Association des libraires du Québec (ALQ) a dévoilé ce soir à la librairie Raffin, en compagnie de Fanny Mallette et Mara Tremblay, les finalistes 2016 du Prix des libraires du Québec, une sélection toujours très attendue. Les finalistes 2016  Catégorie Roman québécois La femme qui fuit d’Anaïs Barbeau-Lavalette (Marchand de feuilles) Blanc dehors de Martine Delvaux (Héliotrope) L’année la plus longue de Daniel Grenier (Le Quartanier) À la recherche de New Babylon de Dominique Scali (La Peu

La liste préliminaire du Prix des libraires

Par publié le

Au Salon du livre de Montréal, l’Association des libraires du Québec (ALQ) a dévoilé la liste préliminaire 2016 du Prix des libraires du Québec. Nous devrons patienter jusqu'à la fin janvier pour connaître les finalistes dans chaque catégorie. Voici la liste préliminaire 2016 :   Catégorie Roman québécois La femme qui fuit d’Anaïs Barbeau-Lavalette (Marchand de feuilles) Les maisons de Fanny Britt (Le Cheval d'août) Blanc dehors de Martine Delvaux (Héliotrope) Sèna de Françoise de Luca (Marc

Le jury Médicis aimait Nathalie Azoulai

Par publié le

Une autre pièce vient d’être ajoutée sur le puzzle automnal des prix littéraires. Le prix Médicis a été décerné ce matin au roman Titus n’aimait pas Bérénice de la Française Nathalie Azoulai, paru aux éditions POL. L’écrivaine devient ainsi la troisième femme récompensée dans cette semaine de prix littéraires, après les reconnaissances de Delphine de Vigan (Renaudot) et de Christine Angot (Décembre). Cela permet d’imaginer une parité homme-femme parmi les lauréats de cette année, un fait plutôt

La première sélection du Médicis

Par publié le

C’est au tour du Médicis de nous dévoiler sa première sélection. L’an dernier, il avait récompensé Terminus radieux d’Antoine Volodine (roman français), Lola Bensky de Lily Brett (roman étranger) et «Manifeste incertain» tome 3 : La mort de Walter Benjamin de Frédéric Pajak (essai). Les paris sont ouverts pour l’année 2015. La deuxième sélection sera connue le 7 octobre et les lauréats seront dévoilés le 5 novembre. Les 15 romans français Titus n’aimait pas Bérénice, par Nathalie Azoulai (P.O.

Vous aimerez peut-être...

X

Navigation principale

Type de livres