Chemins perdus, chemins trouvés

Éditeur BOREAL
Collection : Papiers collés
Paru le
Papier ISBN: 9782764621783
Numérique - Epub Protection: filigrane ISBN: 9782764641781
Offrir en cadeau numérique
Numérique - Pdf Protection: filigrane ISBN: 9782764631782
Offrir en cadeau numérique
Disponibilité en librairie :
Quantité

L'essai, chez Jacques Brault, a toujours accompagné l'écriture poétique, comme en ont déjà témoigné superbement Chemin faisant (1975) et La Poussière du chemin (1989), parus tous deux dans la collection « Papiers collés », et comme en témoigne de nouveau le livre que voici, ultime volet de ce qui se découvre aujourd'hui comme une longue méditation ininterrompue dans laquelle un praticien réfléchit à son propre métier et s'efforce, comme il le dit, de « pousser l'énigme qu'est la poésie dans ses derniers retranchements ». Mais existe-t-il une telle chose que les « derniers retranchements » de la poésie? Est-il possible de voir son visage, de saisir sa présence directement et une fois pour toutes? Non, bien sûr, car la poésie est toujours ailleurs, toujours plus loin, toujours autre que ce que nos raisonnements croient découvrir. Et pourtant, il est impossible d'abandonner la recherche, de ne pas continuer à cheminer vers elle, inlassablement, vers son secret qui noue l'un à l'autre, l'un dans l'autre, l'incertaine et splendide évidence du monde et le sens fuyant de notre existence. Secret que chaque poème lu ou écrit trouve et perd à la fois, sans cesse et à jamais. « Est-ce clair? » demande l'essayiste, et il répond : « Oui, comme la nuit ». Écrits au cours des deux dernières décennies, les vingt-huit essais qui composent ce recueil se présentent comme autant d'explorations à travers lesquelles peu à peu se forme et s'approfondit une pensée, ou mieux : une conscience de la poésie, comme art, certes, mais aussi, et surtout, comme l'expérience à la fois obscure et lumineuse à la source et au terme de cet art. Ces explorations se font tantôt par le souvenir, l'autoportrait en « bricoleur » ou en professeur de poésie, tantôt par la réflexion philosophique, tantôt encore, bien sûr, par la (re)lecture de quelques oeuvres toutes marquées à leur manière par l'avènement de la poésie. À la fois précises et « rêveuses », ces lectures abordent aussi bien des romanciers (Gabrielle Roy, Gilles Archambault, Yvon Rivard) que des poètes d'ici ou d'ailleurs, d'hier ou d'aujourd'hui, de Laforgue à Char, de Grandbois et Saint-Denys Garneau à Roland Giguère et Miron, de Robert Melançon à Marie Uguay, de Robert Marteau à Jean-Pierre Issenhuth. Mais dans tout cela, point de lourdeurs ni de démonstrations savantes, car « l'art de l'essai, dit Jacques Brault, chemine, à la fois écolier et vagabond, naïf et rusé, moqueur, mélancolique, perdu de finitude, éperdu d'infini, espérant toujours que plus tard, peut-être...»

Les libraires vous invitent à consulter

Le prix Gilles-Corbeil, le «Nobel québécois», ne sera pas attribué

Par publié le

La Fondation Émile-Nelligan, une société privée sans but lucratif, qui octroie le prix Gilles-Corbeil, considéré comme le Nobel de littérature québécois. Il consacre un écrivain d’envergure et l’invite à poursuivre son œuvre en lui décernant une bourse importante de 100 000 $. Le prix est décerné tous les trois ans. Comme le dernier a été remis en 2011 à l’auteur Victor-Lévy Beaulieu, l’année 2014 attendait son récipiendaire. Malheureusement, la fondation a déclaré devoir attendre en 2017 pour d

Doyens des lettres

Par publié le

Parce qu’ils sont plusieurs à avoir contribué à l’essor du livre au Québec, à la richesse de la production littéraire d’ici, nous rendons hommage à ceux qui ont façonné le visage littéraire du Québec. Auteurs, éditeurs, libraires : leur parcours mérite qu’on nous en raconte l’histoire! La preuve que, quel que soit leur âge, la littérature les a rendus immortels.

L’Académie remet ses prix!

Par publié le

Le suspense aura été de courte durée. Moins de deux semaines après avoir annoncé les finalistes de ses trois prestigieux prix annuels, l’Académie des lettres du Québec a dévoilé les lauréats jeudi soir, lors d’une soirée tenue au Centre des archives de Montréal. Le prix du roman Ringuet est allé à Jean Bédard pour son ouvrage Marguerite Porète, un ouvrage historique consacré à cette poétesse et mystique de la fin du 13e siècle, publié chez VLB éditeur et dont on malheureusement trop peu parlé.

Les prix de l’Académie

Par publié le

L’Académie des lettres du Québec couronne l’excellence parmi la production des écrivains et écrivaines québécoises. Les finalistes de ses trois prix littéraires ont été dévoilés aujourd’hui.   Le Prix Ringuet célèbre un roman ou un récit marquant. En 2013, la course se fait entre : Jean Bédard, Marguerite Porète (VLB éditeur) Marie-Hélène Poitras, Griffintown (Alto) Rober Racine, Les vautours de Barcelone (Boréal) Le Prix Alain-Grandbois est décerné à un auteur pour un recueil de poésie

Cinquante bougies pour Boréal

Par publié le

Les éditions du Boréal fêtent un demi-siècle cette année. Il est difficile de passer en revue le parcours de cette maison tant les ouvrages et les auteurs sont nombreux : 2000 titres et 1000 auteurs. C'est ce qu'on appelle une maison bien vivante. Surtout lorsqu'on s'arrête un instant pour vadrouiller dans les pages de leur catalogue. C'est la panacée pour tous les lecteurs en manque de bons ouvrages. Pour la petite hisoire, les éditions du Boréal Express sont fondées en 1963 à Trois-Rivières p

Vous aimerez peut-être...

X

Navigation principale

Type de livres