Capitalisme carcéral

Éditeur RUE DORION
Paru le
Papier ISBN: 9782924834046
Disponibilité en librairie :
Quantité

Dans son livre Capitalisme carcéral, Jackie Wang examine le fonctionnement actuel du capitalisme aux États-Unis illustrant divers aspects du continuum carcéral comme la biopolitique de la délinquance juvénile, la police prédatrice, le profilage racial, la gouvernance cybernétique et le maintien de l'ordre algorithmique. Comment un réseau carcéral et des appareils de répression policiers s'articulent-ils à la violence de l'économie et du racisme? S'agit-il de la continuation directe, sous un autre visage, du système d'esclavage qui perdura jusqu'au XIXe siècle et sur lequel se sont fondés les États-Unis d'Amérique? Est-ce un système de gestion des populations « surnuméraires » déclassées de leur position dans la hiérarchie sociale? Est-ce que les dispositifs policiers qui strient les espaces urbains ne seraient que d'autres moyens d'extraire de la valeur afin de garantir, à travers les mille et une infractions qu'ils répriment et le fermage d'amendes, la santé financière de l'État? De la privatisation des prisons et des agences de sécurité jusqu'au développement massif d'une industrie technosécuritaire en passant par les algorithmes de reconnaissance faciale et le quadrillage GPS des villes qui les transforment en véritables prisons à ciel ouvert, cet ensemble d'hypothèses nous fait plonger au coeur de l'enfer du capitalisme étasunien, de ses logiques totalitaires et sécuritaires et de ses processus de racialisation des corps.

Les libraires craquent

  • Commenté dans la revue Les libraires par Mireille Frenette, librairie Zone Libre

    La prison est une invention récente. Jackie Wang nous en fait ici un portrait saisissant et défend la thèse que le capitalisme perpétue ses assises en utilisant la prison comme moyen de contrôle des masses. L’exemple américain qui lui sert de modèle, mais que nous pouvons facilement étendre à tout l’Occident, nous montre une explosion de la population carcérale. Avec la privatisation des prisons, tout se passe comme si l’augmentation des délits et des incarcérations fournissait une main-d’œuvre gratuite à cette industrie florissante. Jackie Wang est une militante de l’abolition des prisons, et son essai nous montre que le capitalisme lui-même doit être aboli. Il faut lire la préface de Dalie Giroux : lumineuse.


Mentionné dans ces thématiques

Vous aimerez peut-être...

X

Navigation principale

Type de livres