Du je au jeu

Par Jean-François Casabonne

« Rimbaud nous dit que « je est un autre ». Baudelaire nous parle de « Ce je, accusé justement d'impertinence [...] implique cependant une grande modestie ». Le dictionnaire, lui, statue que le « je » est un pronom personnel de la première personne du singulier, sans distinction de genre, en fonction du sujet. Pour moi, « je » est l'association d'une consonne plus une voyelle, c'est l'addition du ... Lire la suite