Schlick!: tout plein d'histoires avec des mots

Éditeur QUEBEC AMERIQUE
Paru le
Chercher Par:
Quantité
Papier Disponibilité ISBN: 9782764413357
Numérique - Epub Mise en page fixe ISBN: 9782764421895
Offrir en cadeau numérique
Numérique - Pdf Protection: filigrane ISBN: 9782764421925
Offrir en cadeau numérique

Extrait : M. Poubelle était un brave homme qui avait un jour obligé les Parisiens à déposer leurs déchets dans des contenants qu'il avait inventés. C'était sûrement une bonne idée : imaginez un peu à quoi ressemblaient les rues de Paris avant cette invention, quand les gens jetaient leurs déchets n'importe où ! On peut toutefois se demander si les enfants de ce monsieur étaient fiers de s'appeler Poubelle : « Viens-tu jouer avec nous, Poubelle ? » « Je ne veux pas de Poubelle dans mon équipe! » « Tasse-toi de là, Poubelle ! » Si Poubelle était une fille, son amoureux pourrait lui faire de drôles de compliments : « Ma chérie, c'est toi la Poubelle ! »

Les libraires craquent

  • Ludique par la librairie Les libraires

    Une lecture ludique, rigolote et assez surprenante pour les curieux de la langue.
    Tania Massault, librairie Pantoute

  • Un livre parfait pour les curieux de la langue par la librairie Vaugeois

    Voici un livre amusant et passionnant à la fois. François Gravel nous parle de l'étymologie des mots : des personnes qui ont donné leur nom à une découverte, des préfixes, des emprunts aux autres langues, des racines grecques ou latines. Le tout est fait sans prétention, en racontant des anecdotes.

  • Un cours d'histoire, un cours d'histoires ! par la librairie Monet

    François Gravel, accompagné par les brillantes illustrations de Katy Lemay, nous offre ici l'occasion de (re)faire connaissance avec les mots et leurs histoires. Nous parcourons un ludique petit livre qui n'en finit généreusement pas de nous surprendre, assaisonné d'anecdotes étymologiques et d'explications aussi amusantes qu'originales. « Chaque mot est un cours d'histoire, et un cours d'histoires ! ». Ainsi, nous découvrirons pourquoi certains mots raccourcissent avec le temps tandis que d'autres, eux, s'allongent; nous apprendrons également que certains anglicismes trouvent leurs racines dans le vieux français (n'en déplaise à nos amis les puristes)... Bref, autant d'histoires plus étonnantes les unes que les autres qui, pour quelques Schlicks seulement, ne vous laisseront pas sans mots. À savourer dès 9 ans. - Katia Courteau

  • Par Tania Massault par la librairie Pantoute

    Ah! Ce cher François Gravel, auteur québécois pour la jeunesse que nous n'avons plus à présenter face à son oeuvre comprenant bien des classiques comme les séries Sauvage, Klonk ou encore David. En plus de nous raconter des aventures palpitantes bourrées d'humour, il s'avère que c'est un bon pédagogue. Car à votre grande surprise, je ne vais pas vous présenter Ho qui est sorti le 4 avril, nouvelle aventure haletante. Nous allons parler de Schlick!, un petit documentaire qui explique comment le mot Joachimsthalers peut être l'ancêtre du mot dollar. Nous découvrons ici l'étymologie, soit l'origine des mots, leur histoire, qu’elle soit grecque, latine, anglaise ou encore tirée d'un inventeur. Une lecture ludique, rigolote et assez surprenante pour les curieux de la langue.


  • Commenté dans la revue Les libraires par Isabelle Prévost Lamoureux, librairie La Maison de l’'Éducation

    Dans cette petite histoire de mots, brillamment illustrée par Katy Lemay, François Gravel explique que le langage est une aussi bonne invention que la roue ou l’imprimerie. Pourquoi? Parce que le langage est ce qui nous a fait quitter l’ère des chasseurs de mammouths! Sans mots pour nous comprendre les uns les autres, nous ne ferions que grogner… Voici donc des histoires, sérieusement cocasses, sur l’apparition de certains mots dans la société, sur leur rétrécissement ou leur élargissement de sens, sur ceux qui les ont baptisés de leur propre nom. Pourquoi Schlick comme titre? Ouvrez ce livre et vous ferez toute une découverte! Indice: par plaisir, j’utilise maintenant ce mot dans presque tous mes déplacements… Dès 9 ans

Les libraires vous invitent à consulter

Petite entrevue du temps des fêtes avec François Gravel

Par publié le

Une soixantaine de romans en trente ans, c’est… faramineux! Et jusqu’à il y a une dizaine d’années, vous enseigniez aussi. À quel rythme écrivez-vous? Ça n’a rien de faramineux, d’autant plus que certains de ces romans sont très courts. J’écris rarement pendant plus de deux heures par jour, mais j’écris tous les jours, ou presque. Le temps passe alors si vite que j’ai toujours hâte de m’y remettre le lendemain. Vous venez de faire paraître Le champ maudit (La courte échelle), un roman d’horreu

Vous aimerez peut-être...

X