Hasard et la volonté (Le)

Éditeur QUEBEC AMERIQUE
Collection : Litterature d'Amerique
Paru le

Du fond de sa cellule, un condamné à mort écrit les quelques pages qu’il souhaite laisser en témoignage. D’abord aux prises avec la justice des hommes, c’est aux lois de sa propre lucidité qu’il se soumet à présent. L’essentiel lui apparaît bientôt?: cette prison de pierre où on l’a mis n’est rien. C’est à une autre cage qu’il réfléchit, plus profonde et plus obscure, dans laquelle s’enferment eux-mêmes ses frères humains, et qui est l’équivalent d’un «?ajournement du bonheur?», un «?désaveu envers la terre qui porte les hommes?». Car ce roman allégorique, où résonne une voix intime, mais faisant alliance avec l’universel, est aussi une réflexion sur la place de l’homme dans le monde. C’est peut-être surtout, par l’évocation d’une certaine figure qui le traverse de bout en bout, une authentique histoire d’amour. Par le jeu de la fiction, Jean-François Beauchemin commet un crime grave qui le repousse dans ses derniers retranchements. Le lecteur, en quelque sorte invité à entrer dans l’esprit de l’auteur, partage avec lui le fruit de sa réflexion. Un livre d’une grande force, un trait de plus donné à l’étonnant portrait du genre humain patiemment élaboré depuis quelques années.

Prix et formats

  • À propos de la protection par filigrane

    Le filigrane est un tatouage appliqué sur le livre numérique pour se prévenir d’une diffusion illégale du livre.

    Appareils compatibles:

  • À propos de la protection par filigrane

    Le filigrane est un tatouage appliqué sur le livre numérique pour se prévenir d’une diffusion illégale du livre.

    Appareils compatibles:

Voir le panier
Offrir en cadeau numérique

Les libraires vous invitent à consulter

Les 12es Correspondances d’Eastman : Le monde et moi

Par Isabelle Beaulieu publié le 12 juin 2014

La 12e édition des Correspondances d’Eastman se tiendront du 7 au 10 août prochain sous le thème Le monde et moi. Ainsi, à partir du caractère privé de l’écriture épistolaire, on peut rejoindre l’ensemble. En recevant le billet qui lui est adressé, le destinataire constate plus souvent qu'autrement qu’il y a beaucoup plus de similarité que de disparité entre soi et l'autre, surtout lorsqu’il s’agit de l’essentiel, les mots du cœur ou ceux de l’indignation, ceux des espoirs rencontrés ou ceux des Lire l'article

Les libraires vous suggèrent